Partagez | 
 

 mesquine putréfaction - sianov oksana.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
Sam 8 Oct - 16:00
____________________________________________



       
Oksana Nergal Sianov
Mes gouttes de sueur ont l’odeur de l’enfer.
PATRONYME : Oksana, un ensemble de voyelles et de syllabes déambulant à la chaine comme un sifflement cadavérique, catin bohème à l’allure délabrée. Sianov, fardeau handicapant. Une ancre qu’elle porte au cou dans une marche honteuse en guise de punition.  DATE ET LIEU DE NAISSANCE : Le mois de février mille-neuf-cent quatre-vingt-treize, le neuvième jour dans son fief, Saint-Pétersbourg, magnifique bourgade soviétique. Vingt-trois printemps, l’hiver n’arrivera jamais dans un cœur désintéressé par la vie.  BRATVA : La Zapadovitch, entité mystérieuse. Sève infâme de l’arbre corrompu. Venin perfide du serpent coulant dans ses veines. . RANG : Simple Bratok. Naissance de l’union précoce d’une violence absurde et d’un chaos orgasmique. Initié prônant la débauche, la luxure et la désolation. . CAPACITÉ :(Entité niv 1) – rêve du marionnettiste ultime, à un degré moindre. Caprice dévorant, manipuler est une branche délicieuse, le désir devient drogue. La drogue devient passion. SYNDROME : Dire un simple non pour creuse une tombe imminente. La veine viendra se dessiner sur la caboche pour pulvériser une gentillesse déjà bien absente. Caprice délirant, sucrerie maudite.  SITUATION :L’art devient une passion à mi-temps. Histoire tribal d’une patrie qu’elle ne connait que trop bien, durant ce job elle se contente du nécessaire pour nourrir la curiosité maladive des visiteurs. Papillon de nuit distribuant la poussière blanche dans les crânes pour le compte de son clan. Pollen envoutante dont elle tire un bénéfice exigeant.  ORIENTATION : L’homme ou la femme. La fente ou la brindille. Se faire fouetter ou être fouettée. Inutile d’en dire plus, l’insecte aime les deux sexes, du moment qu’elle y gagne un frisson sévère parcourant le début et la fin de son échine avec insistance. STATUT CIVIL : Célibataire, malédiction viscérale. Les tripes molestées, la caboche secouée et les pensées anéanties. CARACTÈRE : - Protectrice – Subtile – Epicurienne – Caméléon – Séductrice – Droguée – Oratrice – Populaire – Capricieuse – Colérique – Erotique – Dérangée – Torturée.  NOTORIÉTÉ : Rumeur sordide à son égard. Petit papillon passe entre les mailles d’un filet bien maladroit. Curieuse addiction, elle attire les regards, chamboule les cœurs et bouscule sa bisexualité au rythme d’une courbure exigeante. Luxure capricieuse, lui dire non est semblable à une déclaration de guerre, rictus de colère apparent sur une tempe ébène. Décadence, caractère psychédélique, la babine inspire une catin en manque de reconnaissance. Esprit torturé essayant de chasser les démons du passé qui rongent ses os et sabotent ses organes. ADRESSE :Quartier populaire, là où les problèmes s’exhibent librement, où les lumières brillent jusqu’à point d’heure.

PSEUDO : Venomancie ÂGE : 23 ans CODE : - validé par Sacha. - AVATAR : zoe kravitz (ou zoey) CRÉATION : poste vacant CRÉDITS : jukbox joints. COMMENTAIRES : ce forum est divin.  
(I) A deux, à trois, à cinquante. La routine sexuelle s’installe, un seul partenaire ne suffit plus. Le désir devient passion, une dose d’adrénaline plus importante que la précédente. Une envie plus imposante, devant laquelle l’échine se courbe et le genou ploie. Le sexe est une drogue qui brise mais rassure, un moyen de sentir vivant lorsque le frisson traverse la colonne vertébrale pour alimenter une caboche capricieuse. Le bassin se transforme en frénésie douteuse, la femelle hurle à la mort comme un loup sous l’astre lunaire. Une décadence capable de détruire, de piquer mais jamais d’offrir la mort sur un plateau d’argent. Cocktail à la robe mortelle, explosion de saveur délivrant les babines d’un appétit insatiable pour le sang et la luxure.  (II) La créature venait de fêter ses six printemps lorsque le chant des oiseaux devenait insupportable à entendre. Une fenêtre donnant sur une petite chambre embourgeoisée. Salle de torture où était séquestrée une multitude de peluches et autres poupées. Dessin macabre et lugubre, lorsqu’une esclave n’écoutait pas, la corde venait se loger le long de son larynx pour comprimer le peu d’air que le tas de tissu pouvait contenir, laissant cette position cadavérique durant des semaines en guise d’exemple. Le silence étant d’or, le nid d’oiseau trembla et le poing percuta. Violence gratuite, paix arrachée. Sourire narquois à la lèvre, elle savoure ce moment divin comme un signe du destin. (III) La nuque semblait désireuse de se retrouver brisée. Elle tournait pour témoigner d’une silhouette terriblement délicieuse, léchant une babine puis l’autre. Douze printemps maintenant que son ombre devenait drogue, que ses courbures démoniaques devenaient perversions. Premier regard et le bidon s’enflamma. Une sérénade enfantine ponctuée par le désir flamboyant de deux êtres, un assemblage de deux âmes. Une entité voulant vivre en harmonie avec sa moitié, triste symphonie à l’odeur nauséabonde. L’ébène décidait, il devenait. Pantin articulé mouvant à son bon vouloir, doté de chair et d’os. Amour d’une vie, décadence d’une autre. Torture psychique devenue démon. Insatiable soif de haine coulant dans ses veines.  (IV) L’histoire de l’art, passion dévorante autant que cette putain de poudre blanche. Trip indécent à l’allure bourgeoise, péripétie d’un dessin ou d’une symphonie. L’abstrait comme le baroque. Rupture entre le bien et le mal. La peste ou le choléra. Approche maladroite d’un cadre idyllique à l’allure bafouée. Université malsaine, studieuse que d’apparence. Mythomanie devenant aussi proche du caprice qu’une vérité qu’on cherche à éteindre, à faire taire. Shoot dans la poche, elle dilapide. Robin des bois devenu dealer de déjection délirante. (V) Le pantin se brise. L’échine inerte, le genou éclate et l’enveloppe devient molle. La poudre brouille sa vision, mais la mort rattrape un ancien camarade. Torture monstrueuse, petit papillon s’isole et grandit avec l’absence déchirante de l’amour avec un grand A. La joue creuse, fief d’une langue désireuse d’humecter la moindre cochonnerie pour réussir. Un désir de vengeance abstrait, laissant son bateau naviguer dans des paysages inconnus. L’abysse lui tend les bras, une étreinte à l’allure mortelle capable de détruire à petit feu une histoire vieille de douze ans. Larmes guerrières, coupable d’un crime délirant, lâcher prise semble être le chemin le plus simple à arpenter.  (VI)Carapace étroite, chaleur amicale. Protection orpheline, l’extérieur est une putain qu’elle prend volontiers comme une chienne. Esclave abusée d’un destin prévisible, l’ébène ploie mais jamais ne se brise. Catin devenue reine dans un fief où la luxure est reine, la débauche une bouffonne jonglant avec les drogues, les bouteilles et les jeux douteux. Souris cherchant à échapper au matou, elle ère dans les soirées étudiantes, reine sans couronne dès que le soleil se couche, arpentant les rues en quête d’âme cherchant le nirvana.   (VII)La nuit semble s’accorder à sa couleur ébène, un moment de la journée où la patronne ère sans quartiers. Drogue sous la cape, la créature est idolâtrée, écoulant une quantité de marchandise comme un magicien illusionnant un public bien crédule. Argumentaire de vente teintée de mensonge et d’hérésie, la femme règne et le peuple s’incline. Caprice bohème, source de son pouvoir stimulant les caboches, retournant les estomacs et dirigeant l’esprit à sa guise comme une marionnette, spectacle sensationnel de ventriloquie. Douceur illusoire caressant l’espérance de pouvoir manipuler un monde à sa guise, utilisant le trésor de son entrecuisse pour réussir dans un monde gouverné par les sauvages.  (VIII) La mascarade prend forme après ce mi-temps dans le quartier historique, couverture espiègle à la robe exquis, traquenard parfait d’une double vie. Dealeuse de crack pour le serpent qu’elle adule, sournoise vipère au venin douloureux mais tendance. Organisation miraculeuse, teintée de respect et d’une ambition dont la dentition pouvait parfois frôler celle d’un requin. Dévorant la moindre parcelle de territoire, de pouvoir et de souffrance. Zapadovitch dirigée par un homme qui était autrefois un frère, la conquête dans le sang et l’appétit dans les tripes.  (IX) Caractère fade, sans aucune proposition. Source de problème naissant, train train quotidien devenant un fardeau parfois lourd à porter. L’âme semble être étrangère d’un corps qu’elle ne connait plus, une addiction forte à la poudre et autres saloperies, caboche flirtant avec le diable d’une manière peu orthodoxe. Souffle cadavérique, joue creuse et silhouette squelettique, se nourrir passe parfois au second plan, préférant rouler un billet et s’emparer de la poussière soigneusement rangée dans un sifflement de narine aigüe et cruelle. Fourberie maladive, coups bas à répétition. Entité venimeuse, poison d’un tissu dont la fibre est cousue à la perfection. (X) Délicieuse sournoiserie, la créature faufile sa langue lorsqu’elle le peut, contrôlant la situation critique et sentant ainsi son cœur battre à la chamade comme son pantin désarticulé, honteuse trahison d’un cœur qui ne veut plus battre, qui ne veut plus s’emparer de l’amour pour le rendre malléable et platonique. Supporter silencieux d’une déchéance complexe, la femelle préfère s’adonner au plaisir de la chaire, consacrer sa vie aux pognons et ses aléas. Sauvageonne bestiale, chercher un sens à sa vie semble lui redonner des couleurs, sournoise tentation.


Dernière édition par Oksana Sianov. le Dim 9 Oct - 12:39, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Sam 8 Oct - 16:00
____________________________________________



       
chroniques
“C'est la mort qui console, hélas ! Et qui fait vivre.”

       

       
Spoiler:
 
      Le diable siffle, il murmure dans ce corps, fractionne le cœur. La date ultime, un nirvana bouleversant, effet contraire disgracieux. La larme ne s’écoule plus, elle s’enlise dans une pente dangereuse, organisme perfide, ruiné par les souffrances et les peines. Torture interne entre la lumière et la pénombre, la créature cherche à détruire l’enveloppe, à la rendre soumise à sa volonté. Pulsion mesquine rendant son jugement abstrait, faiblesse douteuse et exposée à une des représailles sanguinaires. Volcan à la limite de l’implosion, la lave s’empare des veines comme une forteresse branlante, un roi sans couronne vient de tomber. La bataille est victorieuse, mais pas la guerre. Une péripétie vengeresse, des lignes houleuses. Possession démoniaque prenant de l’ampleur sur un esprit déjà ancré dans la folie, profonde illusion morbide provoquant paranoïa et hystérie. Frénésie sanguinolente transformant ses traits doux et masquant un visage dont le dessin flirtait avec l’art qu’elle étudie. Vague présentation d’une passion mystérieuse, masque souillé par une activité illégale, tranchant entre la poudre et l’injection. La seringue caresse son bras, l’alcool embrase ses tripes. La mort était une amie de longue date, informant son être de la raclure qu’elle était devenue, une pâle copie vide de sens. Un frère oubliant son rôle pour administrer son empire dont la fragilité inspire un château de carte menaçant de céder à la moindre bourrasque de vent. Parfum d’une étrange puanteur, l’ébène laissait son corps inerte, attendant une putréfaction indolore pour en finir. L’inspiration s’en va, comme une amourette de jeunesse prenant le large bien trop tôt. Une douleur laissant une plaie béante dans la poitrine, le sentiment qu’aimer n’est que futilité, affliction passagère stimulante. Son cœur n’était que violence, sa vie un enchaînement d’obstacles éreintant, suant à grosse goutte pour se défaire d’une image médiocre. L’overdose d’une moitié ne l’empêche pas de s’en mettre plein les narines lorsque l’occasion se présente. Une triste vérité qui lui pèse sur les épaules, lourd fardeau handicapant qui cisaille et qui agace. Fœtus engendré par une goutte de haine et une fleur de tristesse. Papillon virevolte entre les lignes, entre les caisses métalliques délabrées. La voiture ronronne et empêche la créature de retrouver un silence lourd de conséquence. Une rencontre hasardeuse, mais nécessaire. La poudre blanche restait un moment sur le bout de son nez, elle venait de se taper un rail à la va-vite sur son tableau de bord. Délirante et totalement défoncée, la belle hurlait une chanson stridente dont le son s’intensifiait en suivant le mouvement de ses doigts, moulin salace et tristement exploité. Le moteur se transforme en détonation capricieuse, le désir sexuel devenant plus intense encore, tandis que la coke s’imprègne de ses sens, de ses songes et de ses mouvements. Triste marionnette à la sole d’un maître inexistant, elle cherchait un point de chute pour oublier cette journée, cette date. Un souvenir lourd qui lui pèse sur le cœur, sur l’estomac. Fourmilière ambulante dans les tripes, Oksana sentait les démons dévorer ses organes, faisant d’elle une déjection animalière dans les rues sombres.

La patience n’est pas un trait dominant de son caractère. L’entrejambe devenait brasier et le mâle derrière cette porte ne voulait pas lui répondre. La langue humectant les babines, la créature attendait sa proie d’un soir, roulant les pupilles et tapant du béton avec ses serres pour faire fuir un stress étranger. Reniflant sans arrêt, elle touchait machinalement son nez pour retirer l’excédent de poudre blanche que son être venait de s’enfiler, une dose supplémentaire pour décrocher un nirvana délirant, ainsi qu’une partie de baise mémorable. Un frisson lui parcourait l’échine rien que d’y penser, fermant les yeux pour imaginer ses courbures se heurter face à ce sexe vertigineux semblable à une montagne insurmontable. La salive devenait oppressante, la gorge engluée par de multiple glaire engendré par le tabac et une légère crève passagère, raclant à l’aide de la substance pour ne plus ressentir cette gêne ennuyante. L’homme venait ouvrir son appartement, le diable ouvrait les portes de l’enfer. Une décoration médiocre semblable à un squat, lieu de débauche et de perversion obscure. Loin de lui déplaire, elle ne venait pas pour peindre un mur ou remplacer une chaise cassée. Non. Oksana venait pour prendre sa dose et chevaucher une monture orgasmique, cavalière de l’apocalypse le temps d’un soir.

♣♣♣

Le poulailler semblait être habité. Le coq voyait sa crête se rougir, jouant des coudes en étant le seul mâle déchiré entre deux créatures femelles. Elle espérait ne pas entendre une négation, ni même un signe d’attente, l’éruption se préparait déjà à sévir alors que Sianov restait sur le palier miteux sans même un mot de l’apollon.  La grognasse rugissait après son lion, la catin voulait ses coups de bassins sans attendre, laissant le sang bouillonner et les poings heurter une paume innocente. La phrase résonnait comme un écho dans sa caboche, le cervelet ne faisait qu’un tour avant que sa patience devienne critique. Dans un souffle las, le belle cherchait à se contenir pour éviter un nouveau débordement de taille, rupture entre la bête et l’humaine. L’ébène ne pouvait plus supporter l’affront qu’on lui résiste, imaginant le dessin de son oncle pavanant sa carcasse insultante, se grattant le paquet d’un air nonchalant, complotant dans son dos comme une petite salope voulant se faire prendre par derrière. La besace semi-ouverte, le collant à la limite de l’érosion, elle regardait l’homme sans la moindre expression, une envie éphémère de meurtre venait lui titiller l’esprit. « Surtout, ne refuse pas ma présence. » beuglait-elle en même temps que le glaire s’abritant dans sa gorge, reste d’une cigarette entamée il y a de cela quelques minutes.  La gamine ruminait dans la barbe qu’elle n’avait pas, laissant finalement son regard se poser devant cette gueule délabrée que le garçon arborait. Voyant que la situation ne s’arrangeait pas, l’ébène rentrait dans une rage sans précédent, laissant les postillons humecter le visage de son interlocuteur, choisissant ses mots comme une arme soigneusement choisit dans un stand de tir. « Dis-moi juste le mot NON. Tu sais cette putain de négation que tu es sur le point d’employer, laisse-moi déguster le refus, que je m’en délecte. » sifflait-elle, langue fourchue de la vipère caressant ses babines, se satisfaisant du venin qu’elle venait de proférer afin de captiver les désirs de sa chose, de son esclave sexuel. « Non » hurlait-il avant de claquer la porte en bois au nez de l’ébène, vexée dans son amour propre, elle sortait son pistolet après une longue recherche dans son sac. Utilisant la phalange de son index droit pour heurter une nouvelle fois la planche en bois, seul obstacle entre le couple d’un soir et son être. L’homme pointait le coin de sa tronche, le pétard plaqué contre le front, il reculait les mains en l’air, susurrant un tas d’excuse à la con. « Maintenant tu me suces. Tourne-toi. » jouissait-elle alors qu’elle pénétrait dans la demeure, prenant le soin de fermer derrière elle, sourire narquois dessinant ses lèvres épaisses.  Son coup d’un soir venait beugler comme une vache, cherchant à ce que quelqu’un vienne intervenir avant le drame.

La vieille poule se tenait sur la fenêtre, le sourire aux lèvres. Mesquine addiction que de manier l’esclave à sa guise, manipulant ses songes et ses illusions comme un magicien, où même un marionnettiste savourant ses liens avec son pantin. Caressant le vide ses pieds souillés par la saleté de l’appartement, la catin était dos au spectacle, l’homme allait regrette d’avoir refusé le caprice de l’ébène, qui avait un plan en tête. Son bassin virevoltant contre l’entrejambe du plan cul, elle regardait sa concurrente d’un soir devenir plus naïve qu’à la normale, faiblesse grandissante parcourant son échine, s’imposant un peu plus. Son ombre venait dicter ses lois, donnant de mauvaise idée à sa proie du jour. La dose prenait fin, laissant la jeune femme soupirer de fatigue, laissant son corps nue se remettre tandis que l’homme, apeuré par la situation, se recroqueville sur lui-même, pensant que toute cette mascarade n’est qu’une vaste plaisanterie. La langue sortit de son antre, la créature ébène dévisage la poule sur le coin de la fenêtre, trouvant que cette position lui siée beaucoup. « Tu as eu ce que tu voulais, maintenant dégage. » hurlait le lion comme dépassé les évènements, traumatisé par la vision du pistolet sur sa tempe, angoissé par la présence de la jeune femme au teint pâle frôlant avec le danger, flirtant avec le vide. « Je suis désolé de la gêne que j’ai installée ici. » lâchait-elle dans une phrase teintée d’ironie, laissant ses bras l’habiller en gardant un œil sur l’homme devenu chien. Son regard fuyait, comme sa carcasse souillée, trouvant la sortie sans aucune séquelle, regardant une dernière fois cette catin, traversant le cadre de la porte pour se retrouver sur le palier, le sourire narquois aux babines et les pupilles masquées par les paupières. Le cri strident venait provoquer une concurrence abstraite entre l’air et le son, magnifique alchimie digne d’une œuvre d’art, souillure inerte résidant trois étages plus bas, dans un bain de sang dans lequel l’ébène se verrait bien piquer une tête.
.

       


Dernière édition par Oksana Sianov. le Lun 10 Oct - 22:44, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
BUILDING CATHEDRALS OF SIN
avatar
Rafaïl Charov
BUILDING CATHEDRALS OF SIN
HIVERS : : Quarante-trois. BRATVA : : Vostokovitch, la seule et l'unique. LABEUR : : Baron des voleurs et des faussaires. CAPACITÉ : : Ambroisie. NIV. : : Quatre. SYNDROME : : Un certain penchant pour le sang des chérubins. IMPOSTURE : : Érudit, bête de savoir, docteur en Histoire qui professe parfois son art pour les Profanes. STATUT : : Grand amoureux des flirts et de son célibat. ÉCHOS : : Enjôleur volage à l'intellect de génie. ROUBLES : : 298 TEINTE : : #669999 MÉFAITS : : 424 ID & GUEULE : : Odistole, Adrien Brody. CRÉDITS : : Odistole, Alas. ERRANCE : : 29/08/2016
Sam 8 Oct - 16:35
____________________________________________


Omfg, Zoë pour Oksana, mais elle est tellement parfaite !
Puis rien que le choix de PV, damn
Bienvenue parmi nous, ce début de fiche est génial, j'aime beaucoup ta plume
Bon courage pour la suite
Revenir en haut Aller en bas
BETWEEN GODS AND BEASTS
avatar
Darya Kryssanov
BETWEEN GODS AND BEASTS
HIVERS : : Vingt-deux ans. BRATVA : : Vostokovitch BRANCHE : : Les courtoises convoitises. LABEUR : : Soldat de plomb à l'agilité féline. Voleuse délicate. CAPACITÉ : : Présage NIV. : : Premier SYNDROME : : La souffrance des mortels comme drogue. IMPOSTURE : : Couturière suppléante dans la boutique familiale quand les études le permettent. STATUT : : Les lèvres vierges d'un véritable sentiment. Le corps souillé par la débauche. ÉCHOS : : L'ancienne ballerine abandonnant ses rêves. La langue honnête ne cache rien. L'atroce vérité sur les lèvres. ROUBLES : : 410 TEINTE : : #669999 MÉFAITS : : 402 ID & GUEULE : : Peony; Camilla Christensen CRÉDITS : : Odistole ERRANCE : : 29/08/2016
Sam 8 Oct - 18:43
____________________________________________


Ce choix d'avatar  j'ai envie d'écouter Lolawolf maintenant. Elle est parfaite pour Oksana. Ce début de fiche est prometteur avec cette belle plume. J'ai hâte d'en lire plus.
Bienvenue et bon courage, belle Sianov
Revenir en haut Aller en bas
admin ☩ I'll fucking digest you
avatar
Vassili Voliakov
admin ☩ I'll fucking digest you
HIVERS : : Quarante-quatre. BRATVA : : Jadis prince de la Yugovitch. Dorénavant vassal du parvis des chairs, la Severovitch. BRANCHE : : Il les empoigne toutes deux, juteuses gorges dilacérées par son omnipotent stupre. Les carnes, molles d’être trop usées, lui miaulent des cantiques de pleurs auxquels l’enflure reste sourde. LABEUR : : Baron draconien qui veille sur l'Obscène Royaume. CAPACITÉ : : Berserk, Féral. NIV. : : Quatrième, depuis sa sortie de taule il y a un an. SYNDROME : : Cannibalisme. Une faim ravageuse qui étreint sa panse et moleste ses papilles, lui fait voir un monde rouge sang et désirer le saccage des simiennes bidoches. IMPOSTURE : : Propriétaire d'un monstrueux pandémonium dit l’Anamorphose, nightclub de la banlieue niché sur les docks brumeux des flots transis. STATUT : : La Bête a le cœur soûl, ravagé par l’adoration faite à l’épouse Voliakov. ÉCHOS : : Vor à la jambe démembrée, maudit par les uns, honoré par les autres ; dont les exactions d’ogre harnachent ses épaules du parfum de l’effroi. ROUBLES : : 1051 TEINTE : : <vass> (tu peux pas test). MÉFAITS : : 1026 ID & GUEULE : : Alas (w/ Michael Fassbender) CLIQUE : : Kol Pavlov. ESSOR : : Disponible. CRÉDITS : : Self-made (avatar), tumblr (gifs), G. Seferis (cit.). ERRANCE : : 28/05/2016
Sam 8 Oct - 18:46
____________________________________________


J'le redis, mais dayum, OKSANA.
Et puis tu étoffes et les Sianov, et la Zapadovitch, si c'est pas merveilleux.
Une fois encore, très bon choix de gueule. Ce début s'annonce prometteur.
Officiellement bienvenue parmi nous, et, évidemment, sache que le staff se tient à ton entière disposition !


Dernière édition par Vassili Voliakov le Sam 8 Oct - 18:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
admin ☩ a shapeless hunger
avatar
Sacha Voliakov
admin ☩ a shapeless hunger
HIVERS : : Vingt-cinq. BRATVA : : La Severovitch - Infante sur trône de viande daubée, tel un lys insolent sur son tas de fumier. BRANCHE : : Les Noces Éphémères - Valdingue à la guise des Rois, en vérité. CAPACITÉ : : Envoûtement. NIV. : : Second - Trophée raflé dans l'arène nuptiale, au lendemain des Vœux. SYNDROME : : Obscène délectation pour les voluptés sauvages. IMPOSTURE : : Poupée flanquée de monstruosités, la Douce Enfant régente l'Anamorphose, la caverne aux délicieuses répugnances. STATUT : : Épouse du Baron - Mordue, dévorée par la passion. ÉCHOS : : Sirène à squales - À son vouloir, creuse on la méjuge. Galbe limé pour paraître, n'attisant que convoitises, non curiosités. ROUBLES : : 948 MÉFAITS : : 798 ID & GUEULE : : Carnavage - Alicia Vikander. CLIQUE : : Khovanka Believ. CRÉDITS : : Alas. ERRANCE : : 30/05/2016
Sam 8 Oct - 18:47
____________________________________________


Zoë... Zo... /convulse.
Perfection que ce choix.
Puis tu ravis mon cœur d'autant plus, en ayant élue Oksana en guise de peau d'sauvage en laquelle te glisser. Bienvenue à toi, donc. Ne nous fait pas trop languir, on en veut décidément beaucoup plus.

À la moindre question, Vassili et moi-même sommes à ta disposition.
(et puis, merci pour tes jolis mots en zone invités, ça fait tout chaud dans le bedon. )

Bon courage pour la rédaction !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Dim 9 Oct - 10:26
____________________________________________


@Rafaïl Charov a écrit:
Omfg, Zoë pour Oksana, mais elle est tellement parfaite !
Puis rien que le choix de PV, damn
Bienvenue parmi nous, ce début de fiche est génial, j'aime beaucoup ta plume
Bon courage pour la suite

merci beaucoup, qu'est-ce que ma plume comparée à celle de toute la communauté, rien j'en suis persuadé.

@Darya Kryssanov a écrit:
Ce choix d'avatar  j'ai envie d'écouter Lolawolf maintenant. Elle est parfaite pour Oksana. Ce début de fiche est prometteur avec cette belle plume. J'ai hâte d'en lire plus.
Bienvenue et bon courage, belle Sianov

Merci beaucoup, je ne connais pas vraiment "Lolawolf" mais bon, au plaisir d'en écouter avec toi sur un rythme diabolique.
Merci encore pour ma plume, je vais finir par rougir et en crever. :sidd:

@Vassili Voliakov a écrit:
J'le redis, mais dayum, OKSANA.
Et puis tu étoffes et les Sianov, et la Zapadovitch, si c'est pas merveilleux.
Une fois encore, très bon choix de gueule. Ce début s'annonce prometteur.
Officiellement bienvenue parmi nous, et, évidemment, sache que le staff se tient à ton entière disposition !

Merci à toi surtout d'avoir ouvert les portes de l'enfer pour que je m'y engouffre totalement. Je viendrai surement vous harceler. Toi ou Sacha.

@Sacha Voliakov a écrit:
Zoë... Zo... /convulse.
Perfection que ce choix.
Puis tu ravis mon cœur d'autant plus, en ayant élue Oksana en guise de peau d'sauvage en laquelle te glisser. Bienvenue à toi, donc. Ne nous fait pas trop languir, on en veut décidément beaucoup plus.

À la moindre question, Vassili et moi-même sommes à ta disposition.
(et puis, merci pour tes jolis mots en zone invités, ça fait tout chaud dans le bedon. )

Bon courage pour la rédaction !

Que dire de ton choix de trombine. A ce moment précis, considère que je suis ta chose et que tu es ma muse, nous allons créer et même procréer si tu le veux.    
Non plus sérieusement, réserve moi un lien bien fat, bien badass, parce que j’adore Vikander et ton personnage me semble bien intriguant, j’aimerais savoir ce qui se cache derrière cette petite épaisseur de vêtements.    
Merci beaucoup, comme dis plus haut, je n’hésiterai pas.    
Revenir en haut Aller en bas
venomously yours
avatar
Lev Sianov
venomously yours
HIVERS : : Cinquante cinq ans de survivance dans le lacis scélérat de Saint-Pétersbourg. LABEUR : : Faciès avunculaire & conseiller du Pakhan, endimanché Baron qui entretient le show de sa Bratva. CAPACITÉ : : C'est la Mare bien peignée, une goutte de fragrance d'obscurs tourments sur chaque tempe et le phonème suave pour incanter à l'onirique et aux réminiscences. Il est la Chimère copurchic avec son eau-de-toilette niveau 3, et le diable se refuse à un quatrième seuil miasmatique. SYNDROME : : Les noirs songes spoliés aux hères ont verdoyé en des miscellanées lancinantes, des légions de succubes cauchemardesques qui violent le voile de ses paupières, le lardent et abandonnent exsangue le sommeil. Quand ce ne sont pas eux, les démons violateurs, c'est l'agrypnie qui fait florès et dépouille l'Esthète de son bon acabit. STATUT : : L'alliance à la phalange, sixième maillon rubigineux de la chaîne matrimoniale, il a pour captieuse moitié une prostipute d'apparat dont il exhibe les charmes à l'instar des jantes d'une nouvelle Bugatti. L'apsara est le fantoche de sa Mascarade, jusqu'au prochain caprice. ÉCHOS : : Il est le Patricien à l'attrait indicible, le lingual fourchu tant madré qu'il crée ainsi des macrocosmes entiers de mysticisme. C'est un négrier de désirs et cautères tout apprêtés, il a la rhétorique et le magnétisme de son côté, sérail d'apôtres et de subjugués à ses pompes cirées. Mais l'élan goguenard et agitateur camoufle une hideur de mauvaise foi, l'ombrageux vainqueur par défaut pour qui la fin justifie les moyens. ROUBLES : : 201 MÉFAITS : : 200 ID & GUEULE : : Lev. CRÉDITS : : ALAS. ERRANCE : : 04/09/2016
Dim 9 Oct - 22:04
____________________________________________


Ah, je me demandais quand est-ce que les ennuis arriveraient...
Je t'ai à l'oeil, gorgone.

Plus sérieusement, ravi de voir la donzelle tentée et absolument fan de l'avatar choisi !
Bonne chance pour le reste de ta fiche, au plaisir de te voir bientôt à rôdailler dans mes pattes.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Dim 9 Oct - 22:31
____________________________________________


Mon oncle, l'hydre increvable. Je t'aime quand même raclure.

Au plaisir également de venir chambouler ton petit quotidien, bousculer tes codes.
Revenir en haut Aller en bas
now I ride, Lord with the flood
avatar
Omniscience
now I ride, Lord with the flood
HIVERS : : Incommensurables, ils ricochent à travers les chapitres de l'Histoire comme des lamentations vociférées. ÉCHOS : : Le Savoir absolu, l'ombre récurrente qui ici et ailleurs errait, erre, et errera. ROUBLES : : 377 MÉFAITS : : 203 ID & GUEULE : : Compte administratif du forum (Faceless). ERRANCE : : 06/08/2016
Lun 10 Oct - 1:40
____________________________________________



test-rp
Tell me how to endure ardour

Deux heures, indiquent les néons crus de l'autoradio, qui crache sa pop hargneuse à plein volume hors de l'habitacle, tandis que la bagnole, toutes vitres ouvertes, écume les artères furieuses d'une Pétrograd insomniaque. Négligé sur la banquette arrière, à côté d'un sac-à-dos enflé de paradis artificiels, le cellulaire vibre dans le vide depuis plus d'une heure ; les fidèles s'impatientent, s'énervent, harcèlent la prêtresse des neiges stupéfiantes, mais elle s'en fout. Au volant de son bolide, ce n'est pas la chasseresse qui rôde, en ce fief qu'elle ne connaît que trop bien, et qu'elle ambitionne un jour venu faire sien, mais la bête blessée, qui quête baume à sa morosité. Car, cette nuit, l'ébène n'a pas le cœur à la fête. Cette nuit, on célèbre un funeste anniversaire, celui de la disparition des géniteurs. Et Piotr, en compagnie duquel la belle avait l'habitude de quêter complice consolation en pareille occasion, Piotr a oublié. Ou bien l'ignore-t-elle, purement et simplement ? Ce ne serait pas là surprenant, ne s'y emploie-t-il pas avec application, depuis qu'Hôte, il a été élu ? Occupé, le frère ne sait être, pour elle, que royalement occupé. Alors elle rumine, Oksana, diluant ses sombres pensées de blancs cristaux, bien partie pour finir la nuit à chialer sa rage derrière son volant, jusqu'à overdose ou accident — ce serait un comble.

Déboulant ce faisant sur l'avenue Fontanka, la Sianov change néanmoins brusquement d'avis et, stationnant son auto sur le premier bout de trottoir venu, s'en extirpe, happant téléphone et besace. D'une bonne baise et d'un cherry coke, uniques remèdes à ses tourments ; c'est de cela, dont elle a besoin. Quelques foulées plus tard, elle fait halte devant l'immeuble cossu de l'un de ses fervents. Elle frappe, elle attend. Il lui ouvre, la gratifie de l'un de ses sourires navrés qui, déjà, taquine le Syndrome... c'est qu'il n'est pas seul, et la jeune femme, avec les prunelles de laquelle les siennes entrent en collision, n'a pas l'air d'être du genre à partager. C'est qui, cette pute ?, qu'elle l'entend glavioter en sourdine, Dis-lui d'dégager, on n'a pas terminé ! Tourner les talons, laisser les tourtereaux s'entre-dévorer, et quêter autre niche à squatter, ce serait une sage option ; mais est-ce la sienne ? Oksana se satisferait-elle d'un non aussi outrageux ?

INFORMATIONS

Narre-nous, selon tes propres mots, la situation. Il te faudra prendre en compte les sentiments du personnage en débutant par les prémices du test, puis rôler l’action introduite en fin de paragraphe. Nous te demanderons pour ce faire un minimum de 500 mots et une relecture soignée. Bonne rédaction !

Revenir en haut Aller en bas
admin ☩ a shapeless hunger
avatar
Sacha Voliakov
admin ☩ a shapeless hunger
HIVERS : : Vingt-cinq. BRATVA : : La Severovitch - Infante sur trône de viande daubée, tel un lys insolent sur son tas de fumier. BRANCHE : : Les Noces Éphémères - Valdingue à la guise des Rois, en vérité. CAPACITÉ : : Envoûtement. NIV. : : Second - Trophée raflé dans l'arène nuptiale, au lendemain des Vœux. SYNDROME : : Obscène délectation pour les voluptés sauvages. IMPOSTURE : : Poupée flanquée de monstruosités, la Douce Enfant régente l'Anamorphose, la caverne aux délicieuses répugnances. STATUT : : Épouse du Baron - Mordue, dévorée par la passion. ÉCHOS : : Sirène à squales - À son vouloir, creuse on la méjuge. Galbe limé pour paraître, n'attisant que convoitises, non curiosités. ROUBLES : : 948 MÉFAITS : : 798 ID & GUEULE : : Carnavage - Alicia Vikander. CLIQUE : : Khovanka Believ. CRÉDITS : : Alas. ERRANCE : : 30/05/2016
Mer 19 Oct - 13:08
____________________________________________


Yo, beauty.  

Je viens aux nouvelles, savoir si tu as bien vu le MP, savoir si tout se passe bien de ton côté !
Revenir en haut Aller en bas
admin ☩ a shapeless hunger
avatar
Sacha Voliakov
admin ☩ a shapeless hunger
HIVERS : : Vingt-cinq. BRATVA : : La Severovitch - Infante sur trône de viande daubée, tel un lys insolent sur son tas de fumier. BRANCHE : : Les Noces Éphémères - Valdingue à la guise des Rois, en vérité. CAPACITÉ : : Envoûtement. NIV. : : Second - Trophée raflé dans l'arène nuptiale, au lendemain des Vœux. SYNDROME : : Obscène délectation pour les voluptés sauvages. IMPOSTURE : : Poupée flanquée de monstruosités, la Douce Enfant régente l'Anamorphose, la caverne aux délicieuses répugnances. STATUT : : Épouse du Baron - Mordue, dévorée par la passion. ÉCHOS : : Sirène à squales - À son vouloir, creuse on la méjuge. Galbe limé pour paraître, n'attisant que convoitises, non curiosités. ROUBLES : : 948 MÉFAITS : : 798 ID & GUEULE : : Carnavage - Alicia Vikander. CLIQUE : : Khovanka Believ. CRÉDITS : : Alas. ERRANCE : : 30/05/2016
Mar 25 Oct - 12:19
____________________________________________



don't go
where i can't follow

Voici que ton délai touche à sa fin. Nous sommes attristés de voir que tu n’as pas pu achever ta fiche dans les temps, aussi venons-nous te demander si tu souhaites grappiller des jours supplémentaires. Si oui, n’hésite pas à le faire savoir à la suite de ce message. Sache toutefois que si nous n’avons aucune nouvelle de ta part d’ici les 2 prochains jours, nous enverrons le tout chez les térassés.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

____________________________________________


Revenir en haut Aller en bas
 
mesquine putréfaction - sianov oksana.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LES NOUVEAUX SAUVAGES.  :: TÉRRASSÉS-
Sauter vers: